CHANT DE VICTOIRE: HOMMAGE À ALANIS OBOMSAWIN*

 

*SAKOZIWI LINTOW8GAN : KWSILAWIHODW8GANEK ALANIS OBOMSAWIN

Dans le cadre de Aabiziingwashi (Bien éveillés): Le cinéma autochtone en tournée de l’ONF, Skol présente une série de documentaires d‘Alanis Obomsawin, et une conférence de la réalisatrice.

Skol kinamodlha wakasnol m8dkadawikh8ganal ali Alanis Obomsawin kizit8zo ta awiklozow8gan agmak. Wji iawinska kassigaden, na aln8baskwa kwsilawito mlikigek apchig8bow8gan kdakik Kanadaï aln8bak nspiwi wm8dkadawikh8ganal.

23 octobre – 28 octobre, 2017

Entrée gratuite, ouvert à tous

Nda kd’achwi 8bankawba wji pidigaw8gan, t8wdata mziwik pm8wzowinnoak.

 

Description du projet 

L’œuvre colossale d’Alanis Obomsawin fait place à la grande force de résistance autochtone au Canada ; à son territoire, à ses enfants, à ses revendications et à son pouvoir d’action. Regard à la fois intime et perspicace sur les injustices et les problématiques concernant les premiers peuples, il s’agit d’une œuvre essentielle ayant le pouvoir de contrer la désinformation et d’inspirer un sens profond de dignité humaine et de solidarité.

 

HORAIRE DES PROJECTIONS ET CONFÉRENCE

Lundi le 23 octobre

19h00: Kanehsatake, 270 ans de résistance (1993, 1 h 59 min. français)

Documentaire sur la confrontation historique de l’été 1990 qui a propulsé les problèmes des Autochtones de Kanehsatake et du village d’Oka au Québec au premier plan de la scène internationale et de la conscience des Canadiens.

Mardi le 24 octobre

19h00: Je m’appelle Kahentiiosta (1996, 30 min. anglais avec sous-titres en français)

Kahentiiosta était à Kanehsatake, du début à la fin de la crise. Le film décrit ce qu’elle y a vécu, puis surtout sa comparution au tribunal parce que le Procureur général n’acceptait pas son nom mohawk et enfin sa vie et celle d’autres «warriors» au camp militaire de Farnham.

19h45: Le peuple de la rivière Kattawapiskak (2012, 50 min. anglais-français avec sous-titres en français)

Ce documentaire raconte la crise du logement de la communauté crie d’Attawapiskat, située au Nord de l’Ontario. Devant une population de 1700 Cris vivant dans des conditions difficiles, la chef Theresa Spence a déclenché l’état d’urgence et demandé l’aide de la Croix-Rouge.

Mercredi le 25 octobre

19h00: La couronne cherche-t-elle à nous faire la guerre? (2002, 1h36 min. anglais-français avec sous-titres en français)

Long métrage documentaire sur la petite communauté autochtone d’Esgenoopetitj, ou Burnt Church, au Nouveau-Brunswick, à qui le gouvernement canadien semble avoir déclaré la guerre à l’été 2000. Comment expliquer cette attaque? Pourquoi des officiers du gouvernement canadien ont-ils recours à un tel comportement envers des citoyens qui exercent un droit reconnu par le plus haut tribunal du pays ?

Jeudi le 26 octobre

19h00: La survie de nos enfants (2003, 1h36 min. anglais-français avec sous-titres en français)

Dans ce long métrage documentaire, la cinéaste démontre la détermination et la ténacité du peuple mi’gmaq de Listuguj qui désire gérer lui-même les ressources naturelles de son territoire traditionnel.

Vendredi le 27 octobre

19h00: On ne peut pas faire deux fois la même erreur (2016, 2h43 min. anglais-français avec sous-titres en français)

En 2007, la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada (SSEFPNC) et l’Assemblée des Premières Nations (APN) déposaient une plainte contre le ministère des Affaires autochtones et Développement du Nord Canada pour discrimination. Ce documentaire donne la parole aux intervenants des services à l’enfance dans cette saga judiciaire.

Samedi le 28 octobre

13h30: Hi-Ho Mistahey! (2014, 1h) (anglais-français avec sous-titres en français)

Dans son long métrage documentaire Hi-Ho Mistahey!, Alanis Obomsawin raconte l’histoire du «Rêve de Shannen», une campagne nationale pour que les enfants des Premières Nations aient accès à une éducation équitable et à des écoles sécuritaires et adéquates.

14h45: conférence d’Alanis Obomsawin

Pour clore cette semaine de projection journalière, Skol a l’honneur d’accueillir  Madame Obomsawin: cinéaste de renommée qui joue un rôle crucial pour la défense des droits des autochtones, et ce, à l’échelle locale, nationale et internationale.

 

* Produit et distribué par l’Office National du film du Canada

Crédits: Image prise du documentaire, Ruse ou traité?, Alanis Obomsawin, 2014, Office National du film du Canada.