Jamie Ross: Apparition du sauvage / of the Wild

Installation vidéo

30 novembre – 15 décembre, 2012
Vernissage le vendredi 30 novembre, 17h30

Description du projet

Artiste, cinéaste et auteur, Jamie Ross présente une installation comprenant quatre vidéos, dont Two to a Blanket, Feet to the Fire et Fallow La Friche, accompagnés d’un livre du même nom publié par False Flesh Press et Vidéographe.

 Par le vidéo et l’écriture, Apparition du sauvage / of the Wild raconte le retour des forêts dans l’Est de l’Ontario. Nous nous trouvons devant un paysage épuisé par des siècles d’invasion, d’expropriation territoriales et de déforestation. La caméra et le stylo de Jamie Ross nous guident dans la nouvelle forêt le long d’une ligne de mire inusitée, et atteignent un équilibre délicat entre documenter et rêver les cultures (ré)émergentes de la région en donnant une voix à ses habitants. Des chants et des récits exprimés dans une polyphonie de langues locales remettent au premier plan la réalité de ces communautés culturelles. À travers l’écoulement continu de la sève et le grondement des moteurs d’avions et d’autos, les artefacts sonores confèrent également un rôle aux éléments non-humains.

Les gestes, les discours et les récits historiques sont primordiaux pour comprendre ce lieu contemporain. Ross puise de nombreux enregistrements dans les archives, particulièrement celles de l’industrie forestière qui a si radicalement transformé le paysage et les espaces homo-sociaux de ses ouvriers. Dans Apparition du sauvage /of the wild, des hommes gaies contemporains ont eux aussi transformé leur environnement et se sont réunis au milieu des arbres comme dans un sanctuaire, créant ainsi de puissantes communautés magiques de résistance créative.

En cette période où les sociétés industrielles développent les ressources jusqu’au point de rupture, les vidéos abordent l’histoire émergente du paysage rural en insistant sur l’idée de la résurgence suivant la destruction : résurgence de la souveraineté autochtone, de l’agriculture de subsistance durable et des différentes communautés forestières elles-mêmes.

Clés

1. « Lorsque tout se sera effacé de mon cerveau — le nom du président, les capitales des États, les quartiers où j’ai vécu, puis mon propre nom et ce que je cherchais sur terre, ensuite les visages de mes amis et enfin celui des membres de ma famille — lorsque tout cela sera dissous, ce qui restera, je crois, est la topographie : le souvenir onirique du territoire tel qu’il est. »

– Annie Dillard, An American Childhood.

2. Carte des revendications territoriales de la Première nation algonquine Anishinabe, conforme aux négociations avec les gouvernements de l’Ontario et du Canada depuis 1991.

3. Jamie Ross, « Landscape Tongues», .dpi magazine, no. 23.